Médaille Charles Poncet.

L’objet présenté ici est une médaille en bronze frappée en 1948 à l’occasion du centenaire de l’Ecole Nationale d’Horlogerie de Cluses. Sur la face de celle-ci nous trouvons un portrait d’un de ses célèbres directeurs et sur son dos une vue aérienne de l’école.

Charles Poncet (1868-1942).

Charles Poncet (1868-1942) est un horloger émérite originaire d’Arâches dans la vallée de l’Arve en Haute-Savoie. Il est le directeur de la célèbre école nationale d’Horlogerie de Cluses de 1905 à 1934. D’abord nommé professeur responsable de la section petite mécanique et électricité en 1892, il excelle dans le domaine de l’horlogerie électrique, dans lequel il est à l’origine de plusieurs avancées techniques. Il deviendra par la suite directeur sur proposition de son prédécesseur Jean Lavaivre.

Détail face médaille.

Faisons un très bref historique de cette école dont l’histoire s’avère très riche. Il faut d’abord préciser que la région sous-traite l’horlogerie suisse depuis des siècles. Suite à un incendie ayant rasé le centre ville de Cluses en 1844, le besoin et le souhait d’avoir une école répondant aux besoins de formation apparaît immédiatement. C’est le maire Firmin Guy qui bataillera durant des années pour obtenir l’ouverture d’une école. Fondée en 1848 par décret royal du gouvernement Sarde, elle sera reconnue par le Second Empire après l’annexion du Comté de Nice en 1860. Ecole impériale, elle devient gratuite et prend une dimension plus nationale, accueillant des élèves sur dossier. Maintenue à la chute du régime, elle prend alors le nom d’Ecole Nationale d’Horlogerie de Cluses (ENHC) sous lequel elle deviendra très réputée. Au fil des ans cependant, le besoin en main d’oeuvre horlogère diminue à l’avantage des formations de décolleteurs, plus prisés pour l’industrie locale. Elle deviendra alors lycée professionnel en 1960 avant de cesser d’exister en 1989, après une ultime promotion de sept élèves.

Elle renaîtra de ses cendres en devenant le lycée général Charles Poncet qui existe toujours aujourd’hui et a même rouvert une option d’horlogerie en 2015. Pour une histoire plus détaillée, je vous invite à lire cette page.

Détail dos médaille.
Ecole Nationale d’Horlogerie de Cluses, année inconnue.

Je vous invite également à écouter ce podcast créé par le journal Le Messager, dans lequel Florence Poirier, archiviste municipale et directrice du Musée de l’Horlogerie et du décolletage de Cluses nous retrace l’histoire de l’école. Elle est l’auteure de « L’Horlo : De l’Ecole royale d’Horlogerie au lycée Charles Poncet », ouvrage très riche qui m’a été très précieux pour la rédaction de cet article. Les autres épisodes du podcast sont dédiés à l’histoire locale de l’horlogerie et de l’industrie de décolletage.

Le graveur de la médaille est Lucien Bazor (1889-1974) qui fut graveur général des monnaies jusqu’en 1958, connu pour la pièce de 5 francs lancée en 1933. Prix de Rome en gravure de médaille et pierre fine en 1923, il appose différentes signatures sur ses œuvres : L.Bazor (Lucien), G.B.Bazor (George Bernard) ou G.B.L.Bazor (Georges Bernard Lucien).

Vous pouvez consulter ci-dessous l’un des ouvrages de Charles Poncet, en libre accès sur Gallica.fr.